Témoignages sur le Ciel et l'Enfer
Français
cielvisite.com

Hollie L. Moody

Pourquoi devons-nous prier ?
par Hollie L.  Moody 

 

J'ai vécu ce qui suit le 28 janvier 2000 à 20h15








J'ai vu le Seigneur assis sur un grand trône blanc. Une longue file de personnes étaient rassemblées devant lui. J'étais abasourdie par le fait que tous ces gens n'avaient pas de visage. A la place de leur visage, il n'y avait qu'une ébauche.

Chaque fois qu'une personne venait devant le Seigneur, Il ouvrait un livre et y lisait toutes les choses que cette personne avait faites. Tout était enregistré ; et le Seigneur lisait tout le livre, du début à la fin. Chaque personne dans cette file particulière était jugée et condamnée à l'enfer. A chaque fois que le Seigneur disait à une personne qu'elle était condamnée, cette personne se mettait à crier, et à pleurer, et à prier le Seigneur pour avoir seulement une chance supplémentaire. Le Seigneur avait des larmes qui coulaient sur ses joues, mais il hochait la tête, disant à chaque personne qu'ils avaient eu beaucoup d'occasions de se repentir et de vivre pour Lui. Cela a duré pendant un certain temps.

Finalement, le Seigneur m’a regardé, et m’a demandé : "Pourquoi ne fais-tu rien ?" J'étais confuse. "Que veux-tu que je fasse, Seigneur ?" Lui ai-je répondu. "Prie" m’a répondu le Seigneur. Alors, j'ai commencé à prier, mais pas avec ferveur. Après un bref instant, le Seigneur s’est tourné vers moi d’un air préoccupé et m’a dit : "Regarde ces gens. Regarde-les bien." En regardant mieux, leurs visages se sont précisés. Ils étaient devenus des gens que je connaissais vaguement. C’était des connaissances. J'ai commencé à prier avec un peu plus de ferveur pour eux. Au bout d’un certain temps, le Seigneur s’est tourné à nouveau vers moi avec plus de sévérité et m’a dit : "Regarde ces gens une fois encore." Maintenant, ces gens étaient devenus des amis. Le Seigneur m'a réprimandée : "Tu dois prier plus fort !" J'ai commencé à prier un peu plus fort. Mais encore, la longue file de gens venait devant le Seigneur, Il lisait les histoires de leur vie dans leur livre personnel, puis étaient condamnés.

Une fois de plus le Seigneur s’est tourné vers moi, cette fois en colère. Il pleurait toujours sur les âmes qui étaient condamnées. "Est-ce que tu comprends et réalises ce qui se passe ici ?" m'a demandé le Seigneur. "Voici !" Puis, un trou s’est ouvert derrière la longue file de gens. J’ai dirigé mon regard vers le trou. Il y avait une obscurité terrible qui émanait de lui. J'ai entendu des cris, des râles, des pleurs, et des gémissements qui provenaient du trou. "Va voir !" m'a ordonné le Seigneur. Je ne voulais pas. J'avais peur, mais c'était comme si une main était dans mon dos et me forçait à m’approcher du bord de ce trou noir.

Quand je suis arrivée au bord de ce trou noir, j’ai jeté un regard au fond. Puis, je me suis retirée d’effroi et d'horreur. Je pouvais voir le fond du trou noir. Ça ressemblait à un long tunnel qui descendait. Je pouvais voir un bouillonnement, une masse de gens qui grouillaient au fond de ce trou. Ils étaient tellement entassés qu'il semblait ne pas y avoir du tout d'espace entre eux. Il y avait des flammes et une lueur rouge-orangée qui venait du fond de ce trou noir. J'ai senti une odeur de soufre. J’ai vu le feu et les flammes. J’ai senti la chaleur intense du feu. J'ai vu des asticots ramper sur tout le corps des gens au fond du trou noir. Les gens étaient en feu, mais ils n'étaient pas consumés par le feu. Mais ils hurlaient de douleur en agonie à cause du feu. Ils ont levé les yeux vers l'entrée du trou noir. Ils ont levés leurs mains et leurs bras. Ils étaient ballottés et remués comme d’énormes vagues. Et ils criaient pour la délivrance, pour la miséricorde. Mais n'y avait aucune miséricorde. Il n'y avait aucune délivrance.

Je me suis écartée du bord du trou noir pleine de terreur, d'horreur et de désespoir. Je me suis retournée vers le Seigneur qui était assis sur son trône. Il était toujours en train de lire les livres. Maintenant je voyais une grande pile interminable de livres à côté de son trône. Et je savais que chaque personne dont la vie était écrite dans ces livres, allait être condamnée. J'ai regardé la longue et interminable file de personnes qui étaient rassemblées devant le Seigneur, dans l’attente d'être jugées. Maintenant, je pouvais voir tous les visages clairement. Il s’agissait de mes amis, ma famille, mes proches. Et ils ont été condamnés. Et je les ai vus se jeter dans le trou noir, et je les ai entendus quand ils ont crié en tombant le long tunnel.

Le Seigneur s'est tourné vers moi, les larmes coulaient sur ses joues, et il a dit : "Maintenant, prie." J'ai commencé à pleurer et à crier à Dieu d'avoir pitié de ces gens. Comme chaque personne était condamnée, j'ai couru au bord du trou noir et j'ai essayé de les tirer en arrière. J’ai attrapé leurs mains et leurs bras et essayé de m'accrocher à eux. Mais ils glissaient de mes mains. J'étais hors de moi, essayant désespérément d’empêcher ces gens que j'aimais d'aller dans le trou noir. J'ai tendu mon bras et saisi le Seigneur, puis j’ai plongé mon autre bras dans le trou noir pour essayer de prendre des gens et les sortir du trou noir.

"Lâche !", m’a dit le Seigneur. "Si je te lâche, je vais tomber aussi dans le trou" protestais-je. "Lâche !", me dit à nouveau le Seigneur. J’ai lâché prise. C'était comme si des mains invisibles me saisissaient. Je me suis couchée près du bord du trou noir, me suis se penché à l'intérieur en essayant d'attraper et de saisir les gens qui tombaient dans le trou noir. Je me suis sentie comme si j’étais moi-même brûlée par le feu et les flammes. A certains moments, j’ai senti comme si des "griffes" m’atteignaient du trou noir et me frappaient. J’ai senti des brûlures sur mes bras, et j'ai vu des rayures apparaître sur mes bras.

J’ai pleuré et crié à Dieu pour la délivrance de ceux-ci, mes bien-aimés. J’ai prié Dieu d'avoir pitié de mes proches et de ne pas les condamner au trou noir. "C’est plus facile de prier pour les perdus lorsque ce sont vos proches", m’a dit le Seigneur. "Souviens-toi que tous les perdus sont mes bien-aimés. Je veux que mes enfants commencent à prier pour eux, Mes enfants perdus, comme tu pries pour eux maintenant. Je voudrais lever une génération d'intercesseurs pour qu’ils se tiennent debout sur la brèche pour Mes enfants perdus. Ces intercesseurs sentiront la chaleur de la bataille, et seront brûlés par elle. Les forces de l'enfer viendront contre eux et essaieront de les attaquer. Mais je serai avec eux et je les retiendrai. Maintenant veux-tu prier ?"

 

 --Hollie L.  Moody

 

Traduit par Michel Clavière, mljc777@gmail.com






Website Builder